aller à la navigation

El watan (quotidien indépendant, Agérie) : Syndicat national des journalistes tunisiens « Putsch contre le SNJT » août 24 2009

Infos : , ajouter un commentaire

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) n’en finit pas de connaître crise sur crise, l’Observatoire pour la liberté de presse, d’édition et de création en Tunisie allant même jusqu’à dénoncer un « putsch des autorités contre le SNJT ».

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d’El Watan, et daté du 20 août, le président de l’Olpec, Mohamed Talbi, déclare s’inquiéter « des dérives autoritaires du pouvoir qui ne tolère plus aucune expression autonome de la société civile, fut-elle modérée ». La crise que vit actuellement la formation syndicale a débuté le 4 mai dernier, lors d’une conférence de presse durant laquelle le bureau « légitime » avait présenté son rapport annuel sur l’état de la presse en Tunisie. « Des éléments connus, appartenant au parti au pouvoir, avaient alors perturbé la conférence de presse, brandissant un rapport alternatif plus favorable au pouvoir, allant jusqu’à agresser le président du SBJT, Néji Bghouri », est-il relaté.

Durant les semaines suivantes, une campagne contre le bureau légitime a été lancée et, le 26 mai, une motion de défiance appelant à la révocation du bureau du SNJT avait circulé dans toutes les rédactions des grands organes de presse tunisiens contrôlés par le pouvoir, à l’instigation de sphères gouvernementales. « Heureusement, elles n’avaient pas réussi à obtenir le nombre suffisant de signatures, en dépit de nombreuses falsifications mises en évidence plus tard par le bureau du SNJT », commente le président le l’Olpec. Suite à cet épisode, « les autorités avaient recouru à un autre stratagème », explique-t-il, poursuivant : « La démission des éléments qui leur sont acquis au sein du bureau du SNJT. » « Nous appelons les autorités publiques à ne plus interférer dans la vie des associations indépendantes et à respecter le libre choix des journalistes », conclut le document de l’Olpec.

Par G. L.

Lien: http://www.elwatan.com/Putsch-contre-le-SNJT

في ندوة صحفيّة لرئيس مؤتمر 15 أوت: أسئلة بلا أجوبة وأرقام مريبة تشكّك في النتائج المعلنة للمؤتمر :Par Tawfik Ayachi août 24 2009

Infos : , ajouter un commentaire

lundi 24 août 2009


كشف رئيس مؤتمر 15 أوت للنقابة الوطنيّة للصحفيين خلال ندوة صحفية عن الأرقام المتعلقة بالمؤتمر “الاستثنائي 15 أوت 2009″ الخاصة بنسبة الحضور وعدد المقترعين وتوزّع الأصوات وقد حاول رئيس المؤتمر التأكيد على شرعية المؤتمر وشفافيّة أطواره معتبرا أنّه مثّل “منعرجا في مسيرة النقابة”، كما أكّد أنّ المؤتمر عكس التنوّع في الوجّهات والحساسيّات على حد تعبيره”.
وقد احتكر رئيس المؤتمر الكلمة لمدّة طويلة حاول خلالها جاهدا تقديم الحجج على شرعيّة المؤتمر مما اضطرّه للاستشهاد بحضور ابنته للمؤتمر قائلا: ” لو كان المؤتمر انقلابيّا كما يقول البعض لما سمحت لابنتي بالحضور”.
هذا واستعرض مقرر المؤتمر خليل الرقيق الأرقام المتعلقة بنتائج مؤتمر 15 أوت المطعون في شرعيّته، حيث قدّر عدد الحضوربـ 471 صحافيا من بينهم 412 قاموا بالاقتراع وهو ما يتطابق مع عدد بطاقات لاقتراع، أمّا عدد البطاقات الملغاة فقد بلغ 30 بطاقة.
هذا وسجلت قائمة المترشحين البالغة 22 مترشحا انسحاب كل من المترشّحين توفيق العبيدي وعبد الخالق السعداوي.
وقد حاز جمال الكرماوي على النسبة الأكبر من الأصوات ب198 صوتا وتذيّل القائمة العضو المناوب الهاشمي نويرة ب128 صوتا، وقد حلّ في نفس المرتبة مع المترشّح كمال الجوّاني ووقع منحه صفة المناوب لـ”فارق العمر”.

أسئلة بلا إجابة
بقيت عديد الأسئلة التي توجّه بها الصحفيون خلال ندوة رئاسة المؤتمر عالقة بعد أن تعمد رئيس المؤتمر التنصّل من الردود وتدخل في عديد المناسبات ليمنع عضو مكتب 15 أوت الزميل عادل السمعلي من الإجابة، ومن بين هذه الأسئلة التي لا زالت تنتظر الإجابة أو التي لم تتلقى ردّا واضحا:
- سؤال موجّه إلى الزميل عادل السمعلي: لماذا تعتبرون موقف الاتحاد الدولي للصحفيين تدخلا في الشأن الداخلي في حين قمتم باستثمار الشهادات التي قدمها عضو الهيئة التنفيذيّة للاتحاد يونس مجاهد في وسائل الإعلام المحليّة والعالميّة واعتمدتوها حجّة على شرعيّة المؤتمر، فلماذا لا يعتبر موقف يونس مجاهد تدخّلا في الشأن الداخلي؟
- وجهتم اتّهامات للمكتب الشرعي للنقابة باتّباع أجندات سياسيّة ، لكنّ نتائج مؤتمركم الأخير أفضت الى وجود 8 أعضاء من مجموع 9 داخل المكتب التنفيذي 15 أوت ينتمون تنظيميّا إلى الحزب الحاكم فماهو مفهومكم للتسييس؟
- هل ستقدّمون برقيّة مساندة لترشح الرئيس الحالي لانتخابات 2009؟
وقد امتنع عضو المكتب التنفيذي ورئيس المؤتمر عن الاجابة على هذه الأسئلة.
هذا ولم تتلق الطريق الجديد ردّا واضحا حول مسألتي مشاركة أشخاص لا يحملون بطاقات انخراط في النقابة مثل خليل الرقيق مقرر المؤتمر الذي ليس بحوزته أي بطاقة انخراط في النقابة ورغم ذلك شغل خطة المقرر وتدخل خلال الجلسة الافتتاحيّة، وقد أكد رئيس المؤتمر أنّه يمتلك وثائق تؤكّد امتلاك المعنيين لبطاقات انخراط وتعهد بالاستظهار بذلك في نهاية الندوة إلا أنّه لم يفعل.
أمّا المسألة الثانية التي لم يتلقّ حولها الصحفيّون إجابة واضحة فهي المتعلّقة بالنصاب القانوني للمؤتمر الذي لم يكتمل حسب القانون الأساسي للنقابة والذي يشترط حضور ثلثي المنخرطين لانعقاد المؤتمر الاستثنائي، إلا أنّ عضو مكتب 15 أوت الزميل عادل السمعلي قد تمسّك بأنّ قانون النقابة يشترط حضور نصف المنخرطين زائد واحد.
أمّا فيما يتعلق بمسألة تسليم المقرّ فقد تساءل الزميل عادل القادري من جريدة الوحدة: لماذا يقع الحديث على إجراءات تسليم المقر في الوقت الذي لم يحسم فيه القضاء رأيه في قضية إبطال المؤتمر المرفوعة أمامه والذي سينظر فيها يوم 26 أكتوبر 2009، وفي ذات الوقت الذي امتنعت فيه أمينة المال الزميلة سميرة الغنوشي عن تسليم عهدتها الماليّة بعد شهرين من تقديم استقالتها مما جعل مكتب النقابة عاجزا عن صرف أجور موظّفي المقرّ.
كما تساءل الزميل عادل القادري عن سبب ضعف نسبة الأصوات التي حاز عليها جمال الكرماوي رئيس مكتب 15 أوت (198 صوت وهي أعلى نسبة أصوات) رغم غياب التنافس بين القائمات ورغم تقاطع جميع التحالفات في الدعوة للتصويت لمستشار الأمين العام لحزب التجمّع الحاكم؟ فكيف تبلغ نسبة المقترعين 412 مقترعا ولا يحصل صاحب المرتبة الاولى مرشّح جميع القائمات الا على 198 صوتا؟؟ّ
جميع هذه الأسئلة لم تواجه باجابة واضحة لتبقى عالقة في انتظار أوّل ندوة صحفيّة يعقدها مكتب 15 أوت.

المصدر: الطريق الجديد العدد142 من 22 الى 28 أوت 2009

 

IFEX, press release août 20 2009

Infos : , ajouter un commentaire

Partager

 Aujourd’hui à 22:01

 

TUNISIA: GOVERNMENT ALLIES SEIZE CONTROL OF JOURNALISTS’ UNIONThe Tunisian government has “overthrown” the independent board of the journalists’ union in Tunisia, report the Observatoire pour la liberté de la presse, d’édition et de création (OLPEC), the Arabic Network for Human Rights Information (ANHRI) and other IFEX members.On 15 August, in an extraordinary session, members of the National Syndicate of Tunisian Journalists (SNJT) imposed a new chair and board on the union, composed entirely of pro-government members. According to Reporters Without Borders (RSF), newly-elected president Jamal Karmawi is a well-known adviser to the ruling party’s general secretary.The move was the latest in a government campaign to eliminate the only independent organisation of its kind in Tunisia for critical journalists, say the IFEX members.The campaign started on World Press Freedom Day this year, when SNJT published a report criticising the lack of press freedom in Tunisia. Union president Néji Bghouri was prevented from speaking during the report’s launch in Tunis, and faced threats and insults in the media.Pro-government members of the board resigned and began circulating a withdrawal of confidence petition to the union membership. Bghouri told the Committee to Protect Journalists (CPJ) that members were threatened with loss of employment and otherwise intimidated if they did not sign the petition. The resignations ultimately triggered elections for the union leadership.Although the new elections were scheduled for 12 September, Saturday’s meeting was called by pro-government journalists - despite a lawsuit filed by the executive board that the extraordinary conference should be nullified, reports OLPEC. On 14 August, a day before the controversial session was to take place, a Tunisian court rejected the lawsuit.One of the union’s first acts was to send a message of support for Tunisian President Zine El Abidine Ben Ali, “as a prelude to their… allegiance to him” in the presidential elections in October, reports ANHRI.”This is a simple coup orchestrated to maximise positive media coverage for the ruling party ahead of the elections,” said IFEX Tunisia Monitoring Group (TMG) chair Rohan Jayasekera, of Index on Censorship. “It’s shameful to see journalists so brazenly sell their honour for a politician’s favour.”According to CPJ, Bghouri had angered top officials last year when he told local opposition papers that SNJT would not back any presidential candidate in the elections.The International Federation of Journalists (IFJ), of which SNJT is a member, says it has been working behind the scenes to repair the rift. “IFJ has not endorsed this process,” said IFJ general secretary Aidan White.”Our executive committee has insisted on remaining neutral in this dispute and it will look long and hard at events over the weekend before reaching its verdict. There is still some way to go to unify the journalists’movement in Tunisia.”"The shadow of political influence in this affair is unmistakeable,” said White.http://www.ifex.org/tunisia/2009/08/19/snjt_seized/

RSF: Prise de contrôle du syndicat des journalistes par le pouvoir août 19 2009

Infos : , ajouter un commentaire

Publié le 19 août 2009

Reporters sans frontières craint pour l’indépendance du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), suite à sa prise de contrôle, le 15 août 2009, par des professionnels des médias proches du régime.

« A deux mois des élections présidentielle et législatives en Tunisie, cette prise de contrôle du Syndicat national des journalistes tunisiens par des partisans du président Ben Ali, n’augure rien de bon pour l’indépendance de cette organisation, et plus généralement pour la liberté de la presse dans le pays, déjà réduite à une peau de chagrin », a déclaré l’organisation.

Suite à la controverse suscitée en mai 2009, lors de la rédaction du rapport annuel sur la situation de la liberté de la presse en Tunisie, quatre membres du bureau exécutif, proches du pouvoir, ont présenté leur démission de manière rapprochée. En vertu du règlement interne du syndicat, cette démission collective a entraîné la dissolution du bureau exécutif (qui compte neuf sièges), élu en janvier 2008 et contrôlée par une majorité étiquetée “indépendants-radicaux“. Le bureau exécutif a alors annoncé la tenue d’élections pour le 12 septembre.

Les partisans du pouvoir, qui avaient perdu les élections de janvier 2008, ont alors décidé, en s’appuyant sur leur majorité au sein du bureau exécutif élargi, d’organiser un congrès extraordinaire pour le 15 août. Neji Bghouri, président du SNJT et du bureau exécutif, avait alors saisi le tribunal de Tunis afin d’annuler la tenue de ces assises. Mais la Cour a rejeté la requête, reportant l’examen de l’affaire au 26 octobre.

Le congrès extraordinaire s’est donc tenu le 15 août au Complexe culturel Al-Menzeh 6 à Tunis. Il a désigné une nouvelle direction “100% RCD“ (Rassemblement constitutionnel démocratique, parti au pouvoir), avec à sa tête Jamal Karmawi, journaliste, mais aussi conseiller du secrétaire général du RCD. Plusieurs responsables d’institutions de la presse arabe étaient présents lors de cette élection, tels que Younès Moujahid, vice-président de la Fédération internationale des journalistes (FIJ).

« Il s’agit d’un coup du pouvoir contre une organisation qui se voulait indépendante et autonome », a déploré Neji Bghouri, ancien président du SNJT, contacté par Reporters sans frontières. « Mais le syndicat n’est pas la seule cible du pouvoir. D’autres organisations telles que la Ligue tunisienne des droits de l’homme font l’objet de pressions similaires », a-t-il ajouté.

Lien:http://www.rsf.org/Prise-de-controle-du-syndicat-des.html

t 19, 2009, Middle East & North Africa - IFJ Leaders to Consider “Shadow of Political Influence” Over août 19 2009

Infos : , ajouter un commentaire

 The International Federation of Journalists plans to further investigate events surrounding a controversial meeting at the weekend when a pro-government leadership was installed at the head of the union of journalists in Tunisia. 

“The shadow of political influence in this affair is unmistakeable,” said IFJ General Secretary Aidan White. “The meeting was held in a venue donated by the government, the newly-elected President is a well-known member of the ruling party and a message was sent from the meeting praising the government of President Ben Ali - and all of this just weeks before a Presidential election.”The IFJ has been working behind the scenes to repair a rift in the Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) which broke out earlier this year. Union leaders were attacked for publishing a press freedom report critical of the working conditions of journalists and press freedom in the country.The resignation of a number of board members meant an extraordinary national meeting to re-elect new leaders had to be called, but IFJ-inspired efforts to find an agreed date for this meeting failed. Saturday’s meeting was called by opponents of the union’s leaders elected last year and only went ahead after a court case challenging its legality failed.The IFJ officially declined an invitation to attend the meeting.”The IFJ has not endorsed this process,” said White. “Our Executive Committee has insisted on remaining neutral in this dispute and it will look long and hard at events over the weekend before reaching its verdict. There is still some way to go to unify the journalists’ movement in Tunisia.”A second meeting, called by the leadership of the SNJT is due to be held on September 12.In 2004 the IFJ suspended the Tunisian Association of Journalists from membership after its leaders awarded a press freedom prize to President Ben Ali. To be a member of the IFJ unions and associations of journalists have to politically independent of governments and political parties.For more information contact the IFJ at +32 2 235 2207The IFJ represents over 600,000 journalists in 123 countries worldwide

 

Bachir Ouarda: Syndicat National des Journalistes Tunisiens : Chronique d’une conspiration programmée août 19 2009

Infos : , ajouter un commentaire

 Aujourd’hui à 09:26

Le 15 août 2009, La direction du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), parti au pouvoir en Tunisie, a repris, illégalement et par la force, le contrôle du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), rétablissant son emprise sur une corporation professionnelle qui a osé clamer ouvertement sa volonté d’indépendance et d’autonomie.
Le faste tapageur et l’organisation bien huilée dans lesquels se sont déroulés les travaux du prétendu « congrès extraordinaire du SNJT », le 15 août 2009 à Tunis, et les moyens énormes qui ont été mobilisés aux plans logistique, financier, matériel et humain contrastent singulièrement avec la situation de dénuement que vit actuellement ce syndicat dont les ressources financières ne lui permettent même pas de payer les salaires de ses trois employés permanents.
C’est la preuve irréfutable que ce ne sont pas les journalistes tunisiens qui ont organisé ce prétendu congrès mais bien la direction du Rassemblement qui a détrôné le bureau exécutif légitime et placé à la tête de ce syndicat une équipe fantoche dirigée par le conseiller politique du secrétaire général du RCD et dont tous les membres sont à la solde du parti.
Tous les amis du SNJT et tous les défenseurs des libertés syndicales et des droits d’expression et d’association sont appelés à dénoncer ce putsch dont l’objectif ultime n’est pas seulement d’assujettir une structure syndicale mais aussi et surtout d’attenter au devoir des journalistes d’informer et au droit des citoyens à recevoir l’Information, conditions essentielles d’une Démocratie réelle et effective dont la pleine réalisation ne peut se concrétiser que dans le plein respect de la liberté des journalistes de se constituer en syndicat indépendant.
Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) a été créé le 13 janvier 2008. Il a remplacé l’Association des Journalistes Tunisiens (AJT), fondée en 1962. Une association qui a connu son âge d’or durant les années 70 et 80 et qui est devenue, depuis le début des années 90, une sorte de cellule politique du parti au pouvoir, le RCD.
A la base, le SNJT a été créé à l’initiative du ministre de la communication en personne, pour barrer la route à un autre syndicat indépendant (le Syndicat des Journalistes Tunisiens SJT), créé en 2004 et qui, bien que n’ayant jamais été reconnu par les autorités, commençait à étendre son audience et son influence. Il avait, notamment, réussi à obtenir le statut de membre associé à la Fédération Internationale des journalistes (FIJ).
Le congrès constitutif du SNJT ayant débouché, à la surprise quasi générale, sur l’élection d’un bureau directeur composé à majorité d’indépendants, le Syndicat a été aussitôt la cible d’un véritable complot orchestré par la direction du RCD et certains membres du gouvernement, aidés par une poignée d’opportunistes, de manipulateurs et de serviteurs zélotes, qui n’ont pas accepté la règle du jeu et n’ont pas digéré leur défaite.
Depuis janvier 2008, les embûches, les machinations et les magouilles se sont multipliées pour discréditer le syndicat et pour l’empêcher d’accomplir sa mission et de réaliser le moindre acquis en faveur des journalistes :
Tout a commencé par une volte-face du ministre de tutelle, qui a trahi ses promesses faites aux membres du bureau exécutif, qu’il a reçus en février 2008. Ces promesses concernent la régularisation de la situation administrative d’agents temporaires travaillant à l’établissement de la radio et de la télévision tunisiennes (ERTT). Un vieux dossier qui traînait depuis plus d’une dizaine d’années et que l’Association des Journalistes Tunisiens n’était pas parvenue à résoudre.
Prétextant d’un Sit In symbolique organisé pendant quelques heures par un groupe de journalistes de la radio et de la télévision au siège du Syndicat, le ministre de tutelle a décidé, unilatéralement, de rompre tout contact avec le SNJT.
Le 3 mai 2008, à la suite de la publication par le Syndicat de son premier rapport annuel sur la liberté de la presse en Tunisie, une vaste campagne de dénigrement, de calomnies et de lynchage est lancée dans les médias publics et privés contre les membres du bureau exécutif, qualifiés d’agitateurs, de nostalgiques et d’immatures.
Bien qu’il soit le syndicat le plus représentatif des journalistes avec plus de 800 adhérents, contre 250 seulement pour l’UGTT, le SNJT a été, ensuite, écarté injustement, des négociations sociales sur la révision de la convention collective de la presse.
Le pouvoir a, aussi, mis tout en œuvre pour étrangler financièrement le SNJT. Le fonds d’entraide et de solidarité entre les journalistes, que le syndicat croyait avoir hérité de la défunte Association des Journalistes Tunisiens, s’est constitué, tout de suite après le congrès, en structure autonome et indépendante du Syndicat. Il a même changé de local. Des fonds importants lui ont été alloués dans l’objectif d’en faire un contrepoids au Syndicat à travers l’octroi aux journalistes de certains avantages matériels (ordinateurs portables, prêts logement, etc.)
Dépourvu de toute ressource financière, le Syndicat, qui n’a reçu, depuis sa création, aucune subvention de l’Etat, a été, de surcroît, sommé de payer une amende de 26 mille dinars à titre de cotisations sociales impayées par la défunte AJT. En somme, le Syndicat n’a hérité de l’AJT que le passif !
En juillet 2008, le parti au pouvoir a sorti, comme il le fait depuis une vingtaine d’années, son artillerie lourde pour faire main basse sur le SNJT. Au cours d’élections menées au pas de charge (mobilisation de tous les moyens matériels et humains à la disposition des entreprises de presse, publiques et privées), le RCD parvient à placer tous ses agents à la tête des commissions permanentes qui constituent l’ossature du bureau exécutif élargi, rétablissant ainsi son hégémonie totale sur le Syndicat, ressuscitant, en quelque sorte, la défunte AJT.
En octobre 2008, lors de la première réunion ordinaire du bureau exécutif élargi, certains membres de ce bureau ont tenté de faire adopter un document déchargeant le ministre de tutelle de toute responsabilité concernant le dossier de l’ERTT et accusant les membres du bureau exécutif d’avoir failli à leur mission sur cette affaire. Un véritable déni infligé à la solidarité syndicale et au bon sens tout court ! Ce fut la première tentative de putsch contre l’instance dirigeante du SNJT.
Au cours de cette même réunion, les membres du bureau exécutif élargi, proches du pouvoir, ont essayé d’imposer par la force, et sur instigation du parti, que le syndicat soutienne la candidature du Président Ben Ali à l’élection présidentielle de 2009, alors que la majorité du bureau exécutif était favorable à une position de neutralité à l’égard de tous les candidats.
A partir de fin 2008, les évènements vont s’accélérer. Il ne se passera plus une semaine sans qu’un communiqué ne soit rendu public par un groupe de 17 membres du bureau exécutif élargi, en violation flagrante des statuts et du règlement intérieur du Syndicat. Des communiqués qui n’ont absolument rien de légal, qui ne portent ni l’en-tête ni le cachet du Syndicat et qui sont faxés à partir de cabinets officiels à des journaux qui, obéissant à des consignes, s’empressent de les publier, sans se soucier de donner à l’instance dirigeante officielle et légitime le moindre droit de réponse.
Les évènements affligeants ayant marqué la présentation, le 4 mai 2009, du 2ème rapport du syndicat sur la liberté de la presse sont édifiants et éloquents. Un membre du bureau exécutif élargi, président de la commission de déontologie est allé jusqu’à molester le président du Syndicat. Les masques sont réellement tombés et aucun doute n’est plus permis sur la détermination farouche du pouvoir à se débarrasser d’une structure qu’il juge comme étant rebelle. Des pressions sont alors exercées sur des membres du bureau exécutif pour les amener à démissionner. Des journalistes sont harcelés sur leurs lieux de travail, menacés et contraints de signer une motion de défiance contre l’instance légitime de leur Syndicat.
Ces pressions ont fini par donner leurs fruits : quatre membres du bureau exécutif, composé de 9 membres, ont fini par démissionner, entraînant ainsi une vacance au sein de la direction du Syndicat, nécessitant statutairement la convocation d’un congrès extraordinaire et l’élection d’un nouveau bureau.
En violation flagrante des statuts et du règlement intérieur du Syndicat, qui énoncent, notamment, que seul le Président du Bureau exécutif est habilité à convoquer une réunion du bureau élargi, le groupe des 17 membres de ce bureau se sont mis à multiplier les bavures et les infractions.
Faisant la sourde oreille à tous les appels à la conciliation et à l’unité et à tous les bons offices engagés par différentes parties dont, notamment, la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), les membres du bureau élargi sont allés jusqu’à prononcer la dissolution du bureau exécutif, constituer un comité préparatoire du congrès extraordinaire et fixer unilatéralement une date pour ce congrès (le 15 août), bien que les statuts stipulent que c’est le bureau exécutif sortant qui doit continuer à gérer les affaires courantes jusqu’à l’élection d’un nouveau bureau.
Le bureau exécutif légitime a alors décidé de se conformer scrupuleusement aux statuts du Syndicat. Il a fixé au 12 septembre 2009 la date du congrès extraordinaire, introduit un recours en référé pour invalider la date du 15 août et intenté une action en justice sur le fonds de l’affaire qui sera examinée le 26 octobre 2009.
Malgré la solidité du dossier et les multiples vices de forme et de procédure qui ont été soulevés par une cinquantaine d’avocats, qui se sont constitués en comité de défense du Syndicat, le tribunal de première instance de Tunis a rejeté la requête en référé et rendu, le 14 août, un jugement défavorable au bureau exécutif légitime, donnant ainsi le feu vert au pouvoir pour accomplir son putsch et rétablir sa domination et son hégémonie sur une corporation devenue, à ses yeux, récalcitrante et rebelle.
Le SNJT n’est, malheureusement, pas la première structure de la société civile à subir ce genre d’injustice. Avant lui, le même scénario a été joué et rejoué contre la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme (LTDH), l’Association des Magistrats Tunisiens (AMT) et l’Union Générale des Etudiants de Tunisie.

Bassam bounenni: CPJ : In Tunisia , government allies oust journalist syndicate board août 18 2009

Infos : , ajouter un commentaire

 Hier, à 23:45

New York, August 17, 2009—The Committee to Protect Journalists condemns the ousting of the board of the National Syndicate of Tunisian Journalists (NSTJ) on Saturday. The syndicate was the only independent organization of its kind in Tunisia for critical journalists, providing them with syndication services among other benefits.

In the latest in a long string of actions meant to eliminate critical media, pro-government journalists held an extraordinary session in Tunis on Saturday in which they elected a new board and president for the NSTJ composed entirely of pro-government members.

In May, following a critical report on the state of media freedom in Tunisia by the NSTJ, pro-government members of the previous board resigned and began circulating a withdrawal of confidence petition to the NSTJ membership. At the time, the democratically elected president of the NSTJ board, Neji Bghouri, told CPJ that journalists were threatened with loss of employment and otherwise intimidated if they did not join the petition.

“The Tunisian government is again working behind the scenes to silence critical voices in the media,” said CPJ Middle East and North Africa Program Coordinator Mohamed Abdel Dayem . “This is not merely an internal restructuring within the union. This is the latest effort by the government to silence independent media.”

The NSTJ was formed in 2008 after the Tunisian Association of Journalists was made defunct by the government. The new board’s first act was to send a letter to President Zine El Abidine Ben Ali commending his “sustained keenness …on further promoting the Tunisian media landscape.” The signatories also expressed their “sincere thanks to the Head of State for the gains and achievements made for the information sector, in general, and journalists, in particular,” the official Tunis Afrique Presse news agency reported.

La Presse s’intéresse enfin aux journalistes et découvre leur syndicat!!! août 16 2009

Infos : , ajouter un commentaire
Actualités nationales Enregistrer la page Envoyer à un ami Imprimer
Congrès extraordinaire du Syndicat national des journalistes tunisiens
Les journalistes se félicitent du soutien constant du Chef de l’Etat
Les journalistes tunisiens ont salué hautement le souci permanent du Président Zine El Abidine Ben Ali de promouvoir davantage le paysage médiatique tunisien, en cohérence avec la mutation  qualitative du secteur de la communication, dans le monde,  de manière à servir les ambitions de la société  tunisienne, préserver son identité civilisationnelle et accroître davantage le rayonnement de la Tunisie,

 à  l’échelle régionale et internationale, dans le cadre de  l’engagement pour la crédibilité, l’objectivité et  l’allégeance à la Tunisie.Dans un message adressé au Président de la République, à l’occasion de la réunion du congrès extraordinaire du Syndicat national des journalistes tunisiens (Snjt), hier, les signataires du message expriment leurs  sincères remerciements au Chef de l’Etat pour les acquis  et les réalisations accomplis au profit du secteur de  l’information, en général, et des journalistes, en  particulier.Les journalistes tunisiens font part de leur sincère considération aux principes et valeurs de la République consacrés par le Chef de l’Etat, ce qui a permis de faire régner un climat démocratique qui a aidé à enraciner la conscience civile et à dynamiser la participation aux affaires publiques, grâce à l’adhésion volontaire, responsable et active, aux organisations et associations nationales, pour servir les ambitions progressistes de la société tunisienne.

 

Savoir rebondir…

Présidant l’ouverture du congrès, M. Mohamed Ben Salah, l’un des doyens de la profession, a qualifié la création d’un syndicat pour défendre les intérêts de la corporation d’«événement historique».  Lors de son intervention, Il a rappelé le devoir de cet organisme de défendre les droits des journalistes tout en veillant à son indépendance totale, de dispenser une presse nationale de qualité, de veiller à l’amélioration de la situation matérielle des journalistes  et de leurs conditions de travail. Il a dans ce même élan exhorté tout le monde à adopter une attitude faisant la part belle à la réconciliation, appelant à œuvrer pour donner au syndicat la place qui lui sied aussi bien à l’intérieur comme à l’étranger.Invité à ce congrès, M. Makrem Mohamed Ahmed, secrétaire général de l’Union générale des journalistes arabes (Ugja), a pris la parole en mettant l’accent sur la concorde qui doit régner  au sein des syndicats arabes, ajoutant que la diversité dans les opinions n’a jamais constitué un problème pour personne : «La diversité est une force. Il serait toutefois de bon aloi, de faire preuve d’ouverture d’esprit pour absorber tous les différends.  Il est du devoir de la majorité de ne pas abuser du pouvoir qui lui serait délégué». Et d’ajouter que la présence massive des journalistes à ce congrès est une preuve tangible de la bonne santé du syndicat.Précisant que le Snjt est la pierre angulaire de l’Union, l’orateur a rappelé la médiation et l’arbitrage assurés par l’Union afin d’aider les confrères à rester unis : «La justice a enfin dit son dernier mot et nous n’avons qu’à nous plier à son verdict.»Par ailleurs, M. Younès Moujahed, vice-président de la Fédération internationale des journalistes  (FIJ) et secrétaire général du Syndicat national des journalistes marocains et trésorier de l’Ugja, a appelé toutes les parties concernées à défendre les droits des journalistes loin de tout intérêt personnel.L’orateur a fait remarquer que la légitimité s’acquiert de l’intérieur de la structure et non de l’extérieur de celle-ci. Fût-ce de la FIJ elle-même. Cette dernière, a-t-il encore expliqué, se distingue par sa neutralité et non le contraire comme voudraient le faire croire certains. Par ailleurs, M.Moujahed a souhaité la poursuite des efforts fournis dans des espaces de travail commun entre journalistes tunisiens et marocains sur des plans régionaux, continentaux et internationaux. M. Hédi Mechri, président des directeurs de  journaux, a émis le souhait de voir œuvrer, en toute autonomie, le Syndicat des journalistes tunisiens et de travailler avec celui-ci en tant que partenaire conséquent.Le débat a, par la suite constitué pour la totalité des intervenants l’occasion de relever les points sur lesquels il importe de travailler. Des points qui touchent à l’amélioration des conditions matérielles des journalistes et à la création d’un comité pour les jeunes journalistes, en collaboration avec le bureau qui émanera de ce congrès à la suite d’élections organisées l’après-midi même.M.B.R.

 

Les membres du nouveau bureau

Nous donnons ci-après la liste des membres du nouveau bureau exécutif élus hier :- Jameleddine Kermaoui- Samira Ghannouchi- Adel Smaâli- Soufiène Rejeb- Béchir Tombari- Habib Chebbi- Rachida Gheribi- Abdelkerim Jaouadi- Chokri Ben Nessir

Assabah couvre le Congrès “objectivement”… août 16 2009

Infos : , ajouter un commentaire

http://www.assabah.com.tn/pop_article.php?ID_art=23843

Membres du bureau illégal… août 16 2009

Infos : , ajouter un commentaire

jamel karmaoui, conseiller du SG du RCD (ERTT)adel someili, (ERTT)sofiene rajab, (Assabah)samira ghannouchi, (ERTT)habib chebbi, ( était à Echaab )abdelkarim jawedi, (TAP)chokri ben nsir, (La Presse)rachida gribi, (Radio Sfax)bechir tombari (était à Radio Tataouine ?) A noter que les membres 2,3,4 et 5 faisaient partie du bureau légitime


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 73 articles | blog Gratuit | Abus?